Patrick Durussel - industriel en hauts de france

Devenir dirigeant dans la mécanique industrielle

Par Erwan Marly | 11 juin 2020

Portrait de Patrick Durussel, créateur et dirigeant de DMI (Durussel Montage Industriel), spécialiste de la mécanique industrielle, situé à Compiègne.

L’entreprise Durussel est née en février 1991, Patrick Durussel l’a créé après son licenciement en septembre 1990. Son naturel « grande gueule », sa vision aiguisée de la réalité l’amèneront à poser une analyse sans appel au patron de ses débuts. Cet instant mettra immédiatement fin à son contrat. Un licenciement vécu comme un échec, mais Patrick est de la trempe des battants et part, sans attendre, vers la création de sa propre entreprise. 29 ans plus tard, le résultat est là. L’entreprise DMI (Durussel Montage Industriel) emploie 62 personnes, génère 8 millions d’euros de chiffre d’affaires et s’organise sur un espace de 6 500 m² à Compiègne (4 000 m² dans la ZAC de Mercières et 2 500 m² rue Lavoisier). Contrairement à la pensée générale en France qui considère l’échec comme une condamnation à perpétuité, Patrick Durussel est intimement convaincu que sa succession d’échecs l’ont façonné. Instinctif et homme d’action, il entre très vite dans le monde de l’entreprise, particulièrement celui de la mécanique industrielle.

« Je suis né dans la mécanique. Gamin, je jetais mon sac US en rentrant de l’école et j’allais jouer avec les machines de l’entreprise de mon père ». Il serait facile de penser que Patrick Durussel est un « fils de » qui aurait marché dans les pas de son père en assurant la reprise d’une entreprise familiale. Mais l’histoire est un peu plus complexe. Il a vécu par procuration la liquidation de l’entreprise paternelle. Certains auraient été découragés ou échaudés. Lui a su puiser une force constructrive. Après un CAP de fraiseur et un BEP de mécanicien monteur, Patrick travaille 10 ans dans une entreprise de mécanique industrielle avant d’être licencié et de décider de monter sa boîte. En pleine Guerre du Golfe… La frilosité des banques ne l’a pas aidé. Il a trouvé du soutien auprès d’un ami fidèle, Philippe Tourre. L’aventure peut ainsi démarrer : un collaborateur, un tour d’occasion, un poste à souder, un fraiseur, un premier client. Saint Gobain. Rapidement Patrick travaillera avec les industries locales, assurant la maintenance industrielle auprès d’Uranie International, Colgate, Chanel, Den Braven, CCL.

Conscient de la nécessité de se former pour gérer son entreprise, il a suivi un parcours de formation pour dirigeant de 3 mois à la CEPAC de Soissons sur les bons conseils de son expert-comptable de l’époque. L’aventure peut démarrer. Pour développer son entreprise, Patrick Durussel comprend rapidement que sa valeur ajoutée se situe dans l’ingénierie d’études. Partant du « caillou dans la chaussure » de ses clients, il fabriquera à la demande des pièces pour remplacer celles usagées, puis progressivement les machines elles-mêmes. Des machines spéciales. Si l’on demande à Patrick quelles sont les difficultés auxquelles il doit faire face depuis plusieurs années, il mentionne immédiatement le problème de la formation et la mauvaise image d’un secteur d’activité encore trop massivement considéré comme une voie de garage. « Les élèves en échec scolaire sont malheureusement encore guidés vers des BEP, des CAP ». Le secteur souffre toujours d’un déficit d’image. Forcément, ces jeunes voient comme une punition la proposition de travailler dans un atelier de mécanique industrielle. Le recrutement est de fait rendu difficile par ces deux phénomènes. Le manque de formation adaptée aux besoins de la profession et le manque de recrues, motivées par le métier.

Au-delà des problématiques de Ressources Humaines, il note aussi les incohérences dans le choix de prestataires lors des sélections aux services Achats. Lorsque le prix est infiniment plus élevé, que la proximité mais immensément flagrante et que le choix se porte sur un concurrent étranger, alors le bon sens disparaît. Du bon sens, le sens du travail, de l’humanité, voilà ce qui anime ce dirigeant de PME.

Partagez cet article

Vous aimerez aussi

Industrie

Accompagner la réussite des collaborateurs

Par Matière Première | 26 avril 2020

Portrait de Charlotte Delattre, PhD Fine Organic Chemistry, Personal Development Expert Solvay.

Industrie

Les rencontres qui font une carrière

Par Matière Première | 17 mars 2020

Portrait de Claire Cottin, Supply Chain Manager, Aludyne. Mue depuis le début de ses études par la certitude que le commerce ferait partie intégrante de […]

Matière Première : News digitale des industries en Hauts-de-France

Depuis 2014, Graffiti accompagne les entreprises dans leur transformation digitale. Au fil des rencontres, des personnalités singulières au parcours riche éveillent dans l’équipe l’envie de partager le récit d’entreprises, sur le territoire des Hauts-de-France essentiellement, au-delà parfois. La vocation de Matière Première est de sensibiliser, informer et inciter les entreprises à grandir par la connaissance.

Newsletter

Rubriques

étiquettes